Vous êtes ici : Accueil > Le SDIS 88 en quelques clic > La formation > Actualités

Actualités

La première session de la VAE Bac Pro "Sécurité prévention" s’est achevée les 25 et 26 novembre 2010 par un oral de présentation du livret 2. Cette dernière étape du dossier permettra peut-être aux 18 candidats ayant franchi toutes les étapes préalables, de valider le diplôme convoité depuis un an maintenant.
Un personnel encadrant du GRETA d’Epinal (groupe d’établissement), Mme Charlotte Collet-Garmiche ainsi que deux candidats des centres de secours de Charmes et Granges-sur-Vologne ont répondu à quelques questions.


Quel a été votre rôle dans cette "aventure" ?
CCG - J’ai été missionnée pour coordonner la VAE avec le SDIS. Mon rôle était d’accompagner les candidats dans le choix de leurs sujets et de leur donner des méthodes de travail au cas par cas : ce qui n’a pas toujours été évident . J’étais aussi chargée de la coordination avec le centre d’affectation de chacun d’entre eux.

Est-ce la première fois que vous travaillez avec le SDIS des Vosges ?
CCG- Ce n’est pas la première fois qu’une VAE Bac pro est organisée par un SDIS mais c’est une première dans les Vosges. Cette expérience a été très enrichissante et m’a permis de découvrir l’univers des sapeurs-pompiers. Pour ma part, je pense que cette expérience est à renouveler.

Quelle a été votre impression vis-à-vis des candidats ?
CCG - La principale difficulté est venue des univers d’origine très différents des candidats mais pour ma part , je leur tire mon chapeau. Leur passion pour leur activité de sapeur-pompier et leur motivation sont les caractéristiques les plus marquantes. Il ne fait aucun doute qu’ils ont donné leur maximum.
Les sapeurs-pompiers ont vraiment une mentalité à part. La dynamique de groupe et leur cohésion sont vraiment appréciables et les sortir de cet esprit de solidarité afin de les préparer à leur examen a été le plus dur pour eux.

Questions aux deux candidats à la VAE Bac Pro (CCH Didier du CS Granges-sur-Vologne et CCH Micard du CS Charmes) :

Comment avez-vous appris la mise en place, par le SDIS, de cette VAE ?
CCH Didier - J’ai appris cette mise en place en interne dans mon centre et j’ai tout de suite manifesté mon intérêt pour cette initiative.
CCH Micard - J’ai appris l’existence de ces VAE dans le Sapeur-Pompier Magazine et me suis immédiatement renseigné sur les démarches à suivre pour la faire. Quand le SDIS a ouvert la première session, mon chef de centre m’a prévenu et je me suis lancé dans l’aventure.

Pourquoi avoir fait cette VAE, dans quel but ?
CCH Didier - C’est avant tout la reconnaissance de mes sept années d’activité chez les sapeurs-pompiers mais c’est également un diplôme qui me sera utile dans mon activité professionnelle.
CCH Micard - Je suis venu chercher une reconnaissance de mes 14 années de d’engagement au SDIS des Vosges mais aussi un diplôme qui me permettra d’évoluer par rapport à ma carrière professionnelle .

Combien de temps avez-vous consacré à la réalisation de ce livret ?
CCH Didier - Je me suis mis à travailler dès la mise en place effectuée à raison de 4 heures par semaine environ.
CCH Micard - Le travail s’est surtout concentré sur une période de 2 mois à raison de 3 à 4h par jour.

Avez-vous rencontré des difficultés pendant votre travail ?
CCH Didier - La plus grande des difficultés a été de concilier la famille, mon activité professionnelle, mon activité de volontaire et la préparation du livret. Quand on se prépare à ce type de diplôme on est toujours un peu dans le flou mais le suivi était régulier tant au niveau du GRETA qu’au niveau du SDIS.

CCH Micard - Je n’ai pas rencontré de difficultés particulières mais j’ai tout de même été un peu surpris par le temps et la masse de travail à fournir pour le livret. Le suivi régulier des personnels encadrant m’a beaucoup aidé et le SDIS prenait des nouvelles pour savoir où j’en étais dans mon dossier.