Vous êtes ici : Accueil > Les interventions > Interventions marquantes

Interventions marquantes

Jeudi 24 avril 2014 : 23 h 09 Feu d’habitation

La Neuveville sous Montfort : La commune de La Neuveville sous Montfort se situe au Nord-Est de Vittel. Petit village de 175 habitant, il se caractérise par une petite activité viticole localement connue qui commercialise le Vin Bleu.
En fin de soirée un violent incendie s’est déclaré dans un logement situé dans une habitation en bande situé dans le centre du village. Très rapidement le sinistre s’est développé à l’ensemble de l’appartement menaçant de s’étendre aux propriétés mitoyennes dont la Mairie du village qui se trouve directement exposé.
A l’arrivée des premiers secours, 16 minutes après l’appel, la toiture est déjà percée. Le chef de détachement oriente sont action afin de maintenir le sinistre dans son périmètre initiale. Les actions déterminantes des portes-lance ont permis de préserver la Mairie et de sauver les archives communales. La violence du sinistre a nécessité la mise en œuvre de 5 LDV dont une sur EPS le tout coordonné par le PC Colonne du groupement. Le feu est consideré comme éteint à 07h00.
Moyens engagés : 3 Fourgons, 1 EPS, 1 PCC, 1 lot alimentation, 30 sapeurs-pompiers

Photographie : Vosges Matin

Lundi 14 avril 2014 - 14h37 : Feu de forêts sur la commune de Sainte-Barbe

Le département connaît depuis plusieurs semaines un ensoleillement persistant avec quelques périodes de légère bise. Ces phénomènes climatiques ont eu pour conséquence de favoriser l’assèchement de certaines parcelles forestières qui se trouvent ainsi exposées à des départs de feux.
Ce lundi 14 avril, sur la commune de Sainte Barbe un panache de fumée est décelé au cœur d’une parcelle forestière constituée de feuillus et de quelques jeunes pousses de résineux. Les secours sont déclenchés à 14h40. A son arrivée sur les lieux le chef de groupe et ses deux CCF, sont en présence d’un front de feu de 200 mètres difficilement accessible compte tenu de la présence d’une végétation dense et de quelques châblis de la tempête de 1999. Le relief est relativement plat.
Un léger vent attise le front de flamme qui s’active lorsqu’il rencontre les jeunes résineux qui s’enflamment en de spectaculaires torchères. Le dispositif de lutte s’organise autour d’un PC de Colonne et de la sectorisation du sinistre qui sera circonscrit par quatre CCF.
La présence d’étangs à proximité de la zone d’intervention et une rocade carrossable faisant pratiquement le tour de l’intervention ont permis de faciliter le déroulement de l’intervention
Le feu est passé éteint à 21h15, 10 hectares ont été détruits. 45 sapeurs-pompiers ont été mobilisés sur ce chantier avec l’appui de 4 CCF.

Le mercredi 16 avril les secours ont de nouveau été engagés sur un départ de feu sur le même secteur à 12h08. Les difficultés d’accès au contact du front de flamme ont nécessité une reconnaissance aérienne avec l’appui de Dragon 67. Le sinistre a parcouru 3 hectares. 66 sapeurs-pompiers ont été mobilisés sur ce chantier avec l’appui de 6 CCF et de 3 VLTT.

Photographie : SDIS 88 / RM / PS

Loi des séries : 4 noyades en 30 jours

Le vendredi 17 mai, les secours nautiques ont été engagés pour une voiture tombée dans le canal, à Chavelot. A l’appel des secours il est indiqué que le conducteur serait resté prisonnier dans son véhicule.
10 minutes après l’appel, une équipe de secours aquatique, composée d’un plongeur et d’un secouriste en eau vive, se jette à l’eau. La victime a été extraite de son véhicule par un plongeur, secondé en surface par un secouriste en eau vive (SAV), permettant de pouvoir le sauver in-extrémis. Après avoir procédé à des actions de réanimation la victime a été transportée dans un état grave au CH.



Dans la nuit du samedi 25 au dimanche 26 Mai, l’équipe nautique est à nouveau sollicitée pour intervenir, encore une fois, sur une voiture tombée dans la Moselle à Epinal. Des conditions extrêmes ont obligés les spécialistes à user de toutes leurs connaissances et compétences pour intervenir de nuit, dans un courant puissant, pour extraire une victime qui ne pourra être ranimée. Ils ont ensuite mis en place un système de treuillage poussé, pour sortir la voiture plongée à 3m de fond, dans le lit de la rivière en crue.


A peine deux jours plus tard, le mardi 28 mai, nouvel engagement de l’équipe nautique, pour une personne disparue dans le Madon à Mirecourt, suite à une chute de sa tondeuse autoportée. En très peu de temps, la victime a été retrouvée décédée, à quinze mètres de son point de chute, par les plongeurs rapidement sur place.

Le 10 juin, l’équipe de plongeurs, en stage de plongée profonde au CNP à Marseille, a été sollicitée pour aider à une recherche dans le port de Marseille. Ce matin là, un membre de l’équipage d’un bateau porte-container Philippin, se jette par-dessus bord devant des touristes d’un paquebot au mouillage. Très vite les recherches s’organisent. Pas moins de 30 plongeurs sur le site d’une zone de recherche s’étendant sur un rectangle de 200m de large, et 400m de long, et une profondeur , dans cet endroit du port, de ...32 mètres.Malgré ce dispositif impressionnant, les recherches sont restées vaines.

De retour dans les Vosges, à peine repris la température locale, que nos spécialistes sont a nouveaux sollicités le mardi 18 juin, pour une noyade dans la Moselle à Chavelot. Devant la complexité de la zone de recherche (50 m de large et un fort courant), une montée en puissance s’est mise en place. Et en moins d’une demi-heure, 7 plongeurs et 2 SAV se sont mis à fouiller le fond de la Moselle pour ressortir le corps sans vie de l’homme disparu.

LTN Claude DIVOUX

Mardi 18 juin 2013 - 2 h 30 : Feu de garage automobile

Neufchâteau : Un très violent incendie a touché la concession Peugeot Citroen route de Langres à Neufchâteau. A l’arrivée des secours l’ensemble de l’atelier d’une superficie de 1 500 m2 était totalement embrasé. La partie administrative ainsi que les deux halls qui contenaient 25 véhicules d’exposition étaient directement menacés par les flammes.
Les efforts des premiers moyens sur les lieux se sont concentrés sur ces espaces afin de les préserver du sinistre. Malgré les explosions de plusieurs bouteilles de gaz, la virulence du sinistre et l’absence de portes coupe-feu, les portes lances ont tenu leur position et rempli leur mission.
L’arrivée du BEA et de la berce émulseur a permis de mettre en œuvre une attaque massive afin de maîtriser définitivement le sinistre.
Le bilan final s’établit à 1 500m2 d’atelier détruit avec 20 véhicules, les deux halls d’exposition ainsi que la partie administrative ont été sauvés des flammes.

Moyens engagés : 40 Sapeurs Pompiers des centres de Neufchateau, Coussey, Landaville, Liffol-le-Grand, Vittel-Contrexeville, Epinal, Golbey et Dogneville.

Mercredi 29 mai 2013 - 17 h 12 : Grave accident sur l’A31… PK 191…

Chatenois : Depuis plusieurs jours le tronçon Vosges de l’A31 fait l’objet d’importants travaux de rénovation complète des chaussées. Ce chantier conduit à la mise en place d’un dispositif de basculement de circulation.
En cette fin d’après-midi, une famille de ressortissants allemands procède au dépassement d’un poids lourds hollandais transportant du bois. Pour une raison indéterminée, une collision se produit entre les deux véhicules. Le choc, d’une extrême violence, propulse le véhicule léger dans la balustrade centrale et déséquilibre le poids lourds qui se couche sur la chaussée pour terminer sa course à une centaine de mètres du point de choc. La circulation est totalement bloquée sur les deux voies.
L’appel enregistré au CTA ne laisse aucun doute sur la gravité de l’accident : 3 VSAV, 1 FPTSR et 1 FPT sont immédiatement engagés avec le chef de groupe et le chef de colonne.
Arrivée sur les lieux, le COS identifie quatre victimes incarcérées dans le véhicule léger et un blessé léger, conducteur du poids lourds, qui est sortie de son véhicule.
Compte tenu de la gravité des blessures l’hélicoptère du SAMU est demandé.
Rapidement le dispositif de secours se met en œuvre en relation étroite avec les gendarmes du peloton autoroutier qui doivent mettre en place un important dispositif de déviation, l’A31 étant totalement coupée dans les deux sens de circulation.
Après une longue et difficile manœuvre de désincarcération les 4 occupants de la VL sont extraits et conditionnés dans les VSAV. Un enfant sera évacué par l’hélicoptère. Le conducteur sera déclaré décédé sur place par le médecin.
L’autoroute est restée coupée à la circulation durant 8 heures dans le sens Beaune / Nancy, pour permettre les opérations de dépotage et de relevage du poids lourd

Photographie : Vosges Matin
Moyens engagés : 25 sapeurs-pompiers des centres de Vicherey, Chatenois, Vittel, Bulgneville, Neufchâteau, Colombey les Belles (54).

Lundi 27 mai 2013 - Senones : Feu d’appartement avec sauvetage

Senones : Un incendie s’est déclaré dans une maison à usage d’habitation de type R+1. Deux sapeurs-pompiers du CS Senones, un père et son fils, regagnant leur domicile situé à proximité immédiate du sinistre sont alertés par l’épouse du premier. Ils regagnent immédiatement leur domicile et sont alors témoins de la scène. L’épouse avait déjà tenté de dresser une échelle à coulisse vers l’une de la fenêtre de l’habitation sans succès. Aussitôt le fils tente de pénétrer dans l’habitation part une fenêtre tandis que le père part en reconnaissance dans l’habitation. Devant l’épaisse fumée empêchant toute progression dans le logement, le père demande au fils de briser la fenêtre pour ventiler avant de pénétrer dans l’appartement. Il découvre alors une femme d’environ 90 ans inconsciente et gravement brûlée et sollicite le concours de son fils pour procéder au sauvetage de la nonagénaire. Une fois à l’abri du danger, elle est prise en compte par le fils dans l’attente des secours pendant que le père tente de limiter la propagation du sinistre au moyen d’extincteurs.
Quelques instants plus tard, les premiers secours se présentent sur les lieux et prennent en main la suite des opérations.
Aux vus des éléments recueillis à l’appel, deux FPT, 1 EPS 1 VSAV et 1 Chef de Groupe auront été engagés sur cette opération avant d’être complétés par le Chef de Colonne et un deuxième VSAV.
Le premier VSAV ayant pris en charge la victime gravement atteinte, le second est chargé de transporter au Centre Hospitalier de Saint-Dié-des-Vosges les 2 sapeurs-pompiers ayant inhalé des fumées durant le sauvetage et, pour le fils, présentant des plaies aux mains.
Malgré la réactivité et l’efficacité exemplaires de nos deux collègues La personne âgée ne survivra pas à ses blessures.

Moyens engagés : Une trentaine de sapeurs-pompiers des centres de Senones, Moyenmoutier, Moussey, Raon l’Etape et Saint-Dié-des-Vosges.

Jeudi 2 mai 2013 - secteur de Rupt-sur-Moselle : Fort épisode orageux

Le secteur de Rupt-sur-Moselle et Dommartin-les-Remiremont a été touché par un orage de grêle qui s’est abattu le jeudi 2 mai 2013 vers 15h30. Jusqu’à 20 cm de grêlons dont certains de la taille de balles de "ping-pong" se sont déversés dans la vallée. La plus grosse intervention a été effectuée à l’entreprise de tissage et confection Valrupt de Rupt-sur-Moselle, qui comprend environ 120 employés. Les toitures de type shed d’une surface de 30 000m2 ont en effet beaucoup souffert surtout au niveau des versants vitrés.
A l’arrivée des sapeurs-pompiers les employés de l’usine s’affairaient à protéger quelques machines et à dégager les noues engorgées par la grêle. Après concertation avec le responsable du site, les sapeurs-pompiers ont effectués les bâchages les plus urgents au niveau des parties administratives et de productions. Ils ont ainsi protégé 5 rangées de shed avec l’appui du BEA demandé en renfort. L’opération s’est achevée vers 21h à la tombée de la nuit.

Moyens engagés : 15 sapeurs-Pompiers venus des centres de Rupt-sur-Moselle, Vecoux, Le Thillot, Remiremont et Epinal.

Avril 2013 - Successions de secours techniques.

Mercredi 10 avril 2013 - Raon l’Etape : les secours intervenant pour un malaise à domicile demandent le renfort d’une équipe constituée GRIMP pour évacuer une personne du premier étage de son domicile.
La pathologie de la victime impose de respecter une position d’attente strictement horizontale au risque d’aggraver son état de santé.
Le concours d’une échelle aérienne, des secours locaux et d’une équipe de spécialistes GRIMP a permis d’évacuer la victime dans les meilleures conditions possibles.


Lundi 15 avril 2013 - Gérardmer  : Des ambulanciers privés demandent le renfort des sapeurs-pompiers car ils sont confrontés à une victime prise de malaise au 3ème étage d’une habitation collective.
L’état de santé de la victime nécessite une prise en charge strictement horizontale pour son évacuation vers le centre hospitalier. Impossible donc de l’évacuer par les escaliers.
Les sapeurs-pompiers de Gérardmer demandent alors le renfort d’une équipe du GRIMP88.
L’équipe de spécialistes dépêchée sur place et aidée des secours locaux a évacué la victime par la fenêtre du 3ème étage en toute sécurité.

Mardi 16 avril 2013 - Monthureux-sur-Saône : Les secours sont alertés vers 11h du matin pour la chute d’un homme sur le toit de l’école maternelle.
A son arrivée sur place, le premier Commandant des Opérations de Secours est confronté à un homme blessé gravement sur un toit. Il demande aussitôt le renfort d’un chef de groupe, du GRIMP et d’un hélicoptère.
Au vu de la durée de transit des secours spécialisés, le chef de groupe en corrélation avec le conseiller technique GRIMP décide de faire treuiller la victime sur le toit pour la reposer sur le stade de foot situé à 200 mètres.
Après avoir mis en sécurité le site en évacuant les enfants de l’école et en empêchant toute approche sur le stade, l’opération de treuillage s’est déroulée dans d’excellentes conditions.
Une fois conditionnée dans l’ambulance, un médecin sapeur-pompier a médicalisé la victime avant son évacuation au centre hospitalier.

Jeudi 7 mars 2013 – 16h19 : Accident grave de la circulation routière.

Sercoeur : La RD 46 entre Sercoeur et Longchamp, sur l’axe Epinal - Rambervillers a été le théâtre d’un très grave accident de la circulation. Ce sont 3 véhicules qui sont violement entrés en collision.
Les équipes de secours, appuyées par les deux SMUR d’Epinal, ont du procéder à la désincarcération de 2 victimes blessées gravement, prisonnières dans leurs véhicules respectifs. Une troisième victime, blessée plus légèrement sera rapidement évacuée vers une structure hospitalière.
L’évacuation de l’un des blessés grave, vers une structure hospitalière régionale a été réalisée par l’hélicoptère de la Sécurité Civile de Strasbourg.
Le bon déroulement de cette opération a pu se réaliser grâce à l’appui des services de la gendarmerie nationale, de l’autorité municipale et du service route du conseil général, qui ont assuré la bonne gestion du trafic à cette heure de forte affluence.

Photos : Eric Thiebaut - Vosges Matin
Moyens engagés : 20 sapeurs-pompiers des centres de Padoux, Epinal et Rambervillers (dont une infirmière du service de santé). 2 Véhicules Médicalisés du SMUR. 1 hélicoptère de la sécurité civile médicalisé.

Dimanche 03 mars 2013 - 14 h 01 : Secours technique en milieu montagneux.

Saint Dié des Vosges – La chaise du Roi : Il est 14h00, lorsque le CTA reçoit un appel pour une personne tombée d’une falaise de plus de 15 mètres sur un itinéraire de randonnée. Immédiatement, les moyens de Secours à Personnes et un échelon de commandement du Centre de Secours Principal de Saint Dié des Vosges sont engagés en avant du Groupe Secours en Montagne Sapeurs Pompiers (GSMSP). L’hélicoptère de la Sécurité Civile de Strasbourg est lui aussi engagé au regard de la gravité de l’accident dans un milieu difficilement accessible.
La victime, gravement blessée, au pied de la falaise, sera médicalisée et hélitreuillée, avant d’être évacuée, par DRAGON 67 l’hélicoptère de la Sécurité Civile.

Moyens engagés : 14 Sapeurs-Pompiers des centres de Saint Dié des Vosges, Raon l’Etape et du Groupe Secours en Montagne et 2 Gendarmes du Peloton de Gendarmerie de Montagne de Xonrupt-Longemer ainsi que l’équipage médicalisé de l’hélicoptère de la Sécurité Civile de Strasbourg.

Jeudi 21 février 2012 - 14 h 59 : Feu de combles.

Aingeville : En ce mois de février, la petite commune de Aingeville, située en bordure de l’A31 à hauteur de Saint-Ouen-les-Parey, est balayée par une bise glaciale qui pousse le mercure du thermomètre bien en dessous du zéro.
Le CTA reçoit un appel pour un feu de combles au centre du village. Les réponses du témoin au questionnaire que lui soumet l’opérateur ne font aucun doute sur l’importance du sinistre qui est attisé par des bourrasques de vent.
Les Centres de Saint Ouen les Parey (FPT), Chatenois(FPTSR) et Vittel (FPTSR et EPSA) ainsi que le chef de Groupe d’astreinte sont engagés.
A leur arrivée sur les lieux les secours sont en présence d’une toiture totalement embrasée (R + 1 + Combles) mitoyenne de part et d’autre.. Il existe un important risque de propagation du fait d’un vent cinglant. A l’intérieur de la bâtisse se trouve un chien enfermé dans une cage. Celui-ci sera extrait par les secours ainsi que plusieurs motos de collection.
Après avoir renforcé l’alimentation du dispositif hydraulique par une ligne de 110 mm établie sur 500 mètres, tout risque de propagation est écarté, le sinistre ayant été maintenu sur son emprise initiale.

Moyens engagés : 30 Sapeurs Pompiers des centres de Saint-Ouen-les-Parey, Chatenois, Vittel, Darney et Lamarche

Jeudi 21 février 2013 - 08 h 31 : feu de deux silos de déchets de bois

Liffol-le-Grand : L’activité industrielle bat son plein dans l’entreprise de sièges et meubles de style COUNOT-BLANDIN qui emploie 30 personnes.
À 08h30, le responsable de la maintenance, par ailleurs chef de centre du CIS Liffol le Grand, aperçoit une légère fumée sur la toiture de la chaufferie, implantée à proximité de deux silos de stockage de déchets de bois (« paillotes »). Il pense à un petit départ de feu de sciure, régulièrement déposée par courants d’air sur les toitures proches des silos. Il fait - 4°C, un fort vent de Nord-Est souffle en rafale et pousse les fumées vers les cyclones du système d’aspiration de l’entreprise. Ces cyclones assurent l’alimentation en paillotes de deux silos d’une capacité de 150 m3 et 250 m3. Les deux silos stockent le combustible pour une chaudière qui assure le chauffage des 3000 m2 d’ateliers et de bureaux.

10 minutes après l’appel, le FPT Liffol-le-Grand se présente sur les lieux. Le chef d’agrès de l’engin constate un fort dégagement de fumée du cyclone proche de la cheminée. Il en déduit un départ de feu de silo et demande immédiatement 1 FPT, 1 EPSA et 1 remorque mousse en renfort. Poursuivant sa reconnaissance il constate également un dégagement de fumées dans le deuxième cyclone. Il demande une deuxième EPSA en renfort. Le fort vent de Nord-Est a transporté des braisons d’un cyclone à l’autre.
Confrontés à de gros risques d’explosion, les silos sont noyés de mousse afin d’isoler la matière enflammée des poussières en suspens. La vigilance est accrue car il ne faut pas inonder les moteurs des systèmes d’extraction des silos qui se trouvent en partie basse. De plus, les silos ne peuvent être ouvert en partie basse sans protection maximale. Il faut écarter tout risque d’embrasement spontané des sciures et poussières lors de leur déversement à l’extérieur des deux structures.
Aux alentours de 11h00 les feux sont sous contrôle et les installations préservées. Il faut procéder à la vidange des deux silos. L’exiguïté des lieux interdit l’accès à tout engin de manutention et une chaine humaine doit être mise en place pour évacuer 80 m3 de paillotes. Une protection du personnel, par une lance en jet diffusé, doit être assurée en place en partie haute durant tout le temps de la vidange. Ceci afin d’écarter tout risque d’embrasement des sciures ou poussières. À 17h00 les opérations se terminaient.

L’anticipation des demandes de moyens, la technicité des personnels engagés ont permis de préserver les installations. Les 30 employés ont pu poursuivre leurs activités et l’entreprise n’a pas subi de chômage technique. Le chauffage a pu être assuré par intermittence.

Moyens engagés : 27 sapeurs-pompiers des centres de Liffol-le-Grand, Neufchâteau et Vittel-Contrexéville

Dimanche 27 janvier 2013 - 06 h 14 : Feu de locale dans une entreprise de transport

Saint-Benoit-la-Chipotte : En cette heure matinale, la présence d’un voisin aux abords de l’entreprise de transport a permis la détection précoce d’un incendie dans un des locaux de la société.
Rapidement sur les lieux, le premier engin, confronté à un violent feu dans un local, met en place les mesures de protection pour préserver le garage poids lourd et les autres bâtiments de l’entreprise. L’arrivée des renforts permettra de circonscrire totalement le sinistre et de finaliser l’extinction.
C’est une entreprise d’une trentaine de salariés qui a pu être épargnée.

Moyens engagés : 18 sapeurs-pompiers des centres de Rambervillers, Raon l’Etape, Romont et Sainte-Hélène.

Samedi 26 janvier 2013 - 06h06 : Accident de transport en commun.

Vincey : Il est juste à peu près 6 heures du matin lorsqu’une patrouille de gendarmerie qui effectuait une liaison arrive sur un accident de bus à hauteur du radar automatique sur la RN 57, dans le sens Nancy/Epinal, à Vincey. Elle demande immédiatement les secours tout en décrivant leurs premières constatations : un bus a quitté la chaussée, en se couchant sur le flanc, en contrebas de la voie rapide. Le bus est totalement occupé mais il n’y aurait que peu de blessés.

Rapidement sur les lieux, les premiers intervenants confirment la situation. Les 42 occupants du bus sont presque tous évacués du véhicule par les issues de secours. Il s’agit d’un groupe de Compagnons du Devoir partis de Bruxelles en direction de Gérardmer. Parmi les 5 blessés légers recensés, il en reste un encore coincé à l’intérieur. Il faudra peu de temps pour le conditionner et l’extraire.
Pendant ce temps, le chef de colonne en transit, avec CODIS, anticipent sur la nécessité de mettre au plus vite les impliqués à l’abri, au regard des conditions climatiques rigoureuses du moment. 3 véhicules de transport de personnel légers (VTPL) sont déclenchés et une solution d’accueil est trouvée avec la mairie de Vincey, dans la salle polyvalente. A 7 h 30, tous les impliqués sont évacués vers cette dernière. Ils sont pris en charge par les sapeurs-pompiers, renforcé par des équipes de la Croix Rouge Française engagées par les services de la Préfecture et chargées d’assurer l’accueil et le soutien du groupe.
Concomitamment, les 5 blessés légers pris en charge par 3 VSAV et vus par le Médecin sapeur-pompier sur place et celui du SMUR, sont évacués vers une structure hospitalière.
Le sous-préfet de permanence, le Directeur Départemental et le Commandant du Groupement de Gendarmerie étaient sur les lieux. Un poste de commandement a été activé pour coordonner le dispositif.
Vers 9 h du matin, la gestion de la fin de l’opération est transfèrée à la Croix Rouge et à l’autorité municipale. Un bus est affrété pour conduire le groupe vers Gérardmer. Il est à relever, dans cet accident, la chance presque miraculeuse, qu’il n’y ait pas eu plus de blessés aux vus des circonstances et de la cinétique de l’accident. Cela nous conforte dans nos certitudes de la nécessité de se préparer à faire face à de telles situations, comme ce fut le cas lors de l’exercice ORSEC - NOVI du 16 novembre 2012 sur l’A31.

Moyens engagés : 35 sapeurs-pompiers des centres de Charmes, Chanovax, Thaon-les-Vosges, Epinal, Girancourt, Mirecourt et Remiremont.
Autres services : Préfecture, DIR-est, Gendarmerie, SMUR, Croix Rouge et Commune de Vincey.

Dimanche 20 janvier 2013 - 01 h 38 : Un établissement industriel ravagé par un incendie

Hadol  : Il est 01 h 38 lorsque le CTA engage le train de départ prévu pour fumée suspecte sur voie publique route de la Tréfilerie. Rapidement, des appels 18 confirment l’existence d’un incendie dans un bâtiment industriel.

A leur arrivée sur les lieux, le premier détachement confirme l’importance du sinistre. Il s’agit d’un bâtiment industriel ancien de configuration classique dans le département avec un simple rez de chaussée. Le bâtiment mesure 3000 m2 et est séparé par une cloison d’un autre bâtiment de 2000 m2 à usage de commerce d’ameublement et de réparation automobile.
Le dispositif, placé sous l’autorité du Chef de Colonne Centre, monte rapidement en puissance pour arriver jusqu’à 3 engins pompe mettant en œuvre la majorité de leurs moyens hydrauliques (équivalent de 5 grosses lances établies) et 2 moyens aériens, dont un Bras Elévateur Articulé (BEA). Le dispositif est alimenté en eau par le cours d’eau qui passe à proximité. Malgré l’attaque massive mise en oeuvre, les deux entreprises seront détruites
Il faudra attendre 6h30 du matin, pour que le Commandant des Opérations de Secours passe le message « Feu circonscrit ». Les équipes se relayeront jusqu’au lendemain soir pour éteindre le sinistre et assureront une surveillance tout au long de la journée.

Moyens engagés : plus de 80 sapeurs-pompiers des Centres de Hadol, Xertigny, Uzemain, Epinal, Golbey, Girancourt, Dogneville, Aydoilles, Uriménil, Dounoux, Archettes et de la Direction Départementale auront participé à cette opération d’envergure.

Lundi 10 décembre 2012 - 02 h 12 : Un restaurant détruit par les flammes.

Mirecourt : Dans la nuit du 10 au 11 décembre , un début d’incendie se déclare dans un bar restaurant situé au centre ville de Mirecourt.
Le CTA enregistre l’appel à 2h09 et fait partir les secours pour un feu d’ERP (Etablissement Recevant du Public) sans locaux à sommeil. A l’arrivée des premiers intervenants, le feu qui fait suite à une forte déflagration, est déjà très important.

Dans un premier temps, afin d’éviter la propagation, deux lances sont établies de plein pied afin de réaliser une attaque massive du sinistre et une autre est établie sur l’échelle pour une attaque depuis le premier étage.
Dans un second temps, une troisième lance est établie afin d’éviter tout risque de propagation aux bâtiments contigus et des reconnaissances sont entreprises dans ces derniers pour évacuer d’éventuels personnes impliquées. Deux attaques simultanées sont alors lancées par le haut et par le bas du bâtiment à l’aide de 3 lances mais elles ne permettent pas d’éviter la propagation aux combles du bâtiment.

Le feu est circonscrit à 3h40. A 4h08, les secours sont maîtres du feu et à 4h32, il est éteint. S’ensuivent alors les traditionnelles opérations de déblai et d’extinction des foyers résiduels qui se termineront vers 8h. Vers 8h30, une reconnaissance sera entreprise dans une banque attenante car de la fumée est signalée dans la baie informatique de cette dernière. Ces fumées étant dues à l’extinction, aucune intervention ne sera nécessaire après ventilation du local.

Moyens engagés : 35 sapeurs pompiers des centres de Mirecourt, Dompaire, Vittel/Contrexéville et Golbey.

Mardi 27 novembre 2012 – 14h52 : Accident de bucheronnage en milieu montagneux.

Le Val d’Ajol  : C’est au lieu dit « le Breuil », à proximité du « chalet de l’empereur », qu’a eu lieu un accident grave de bucheronnage. Au cours d’une opération de débardage, un bucheron a eu la jambe prise par une grume.
Dès l’alerte, la gravité des blessures de la victime est identifiée. En complément de l’engagement secouriste des Sapeurs-pompiers, le SAMU déclenche le véhicule médicalisé du SMUR de Remiremont. L’isolement de la victime dans une parcelle escarpée conduit le Chef de Salle du CTA-CODIS à engager l’équipe spécialisée Secours en Montagne.
Le premier détachement sur place rencontre effectivement des difficultés pour accéder à la victime. L’équipage du VSAV parcourra plus de 500m à pied dans une tranchée de débardage, avant de pouvoir aborder difficilement la victime.
Devant les difficultés d’accès par le chantier de débardage, et après avoir étudié précisément la Zone d’Intervention, le Chef de Groupe décide de faire cheminer les renforts par une piste forestière surplombant l’accident.
C’est de cette piste que l’équipe Secours en Montagne mettra en œuvre une technique de corde pour extraire, dans les meilleures conditions, la victime.

Moyens engagés : 12 sapeurs-pompiers des centres du Val d’Ajol, de Remiremont et de l’équipe départementale Secours en Montagne, ainsi que l’équipe SMUR de Remiremont.

Vendredi 23 Novembre 2012 - 02 h 08 : Feu de Discothèque

Saint-Nabord : Alors que les navoiriauds sont profondément endormis, un appel de secours signalant un incendie au restaurant discothèque "les Oliviers" réveille la cité. Immédiatement, le CTA engage un train de départ pour feu d’ERP sans locaux à sommeil.
Arrivé 10 minutes après l’alerte, le premier détachement commence l’attaque du sinistre initial, alors que le feu s’est déjà propagé à l’ensemble de la structure, alimenté par une fuite de gaz à l’intérieur du bâtiment.

En raison de l’intensité du feu et des difficultés d’alimentation, le commandant des opérations de secours demande un renfort alimentation constitué d’une cellule eau d’une capacité de 10 000 litres et d’une cellule dévidoir qui se compose de plusieurs kilomètres de tuyaux. Pendant ce temps, d’importants moyens arrivés en renfort procèdent à la protection d’un relais de gaz alimentant la commune de Saint-Nabord et à l’extinction du foyer.
3 chantiers d’intervention sont mis en place et concernent l’extinction du restaurant, de la discothèque et l’alimentation en eau.

L’ensemble des moyens engagés sur le sinistre regroupe au total 3 Fourgons Pompes Tonnes, 2 Echelles aériennes, 1 Véhicule d’Assistance Respiratoire, 1 Véhicule de Secours et d’Assistance aux Victimes, 1 Cellule eau, une cellule dévidoir automobile, 1 motopompe grande puissance, une unité de ravitaillement et 1 Poste de Commandement
Le feu sera maîtrisé à 06h00 et éteint plusieurs heures plus tard à l’aide de 6 lances dont deux sur les échelles aériennes. Les opérations de déblais dureront toute le journée.

Cet incendie n’a pas fait de victime mais 11 employé de l’entreprise sont au chômage technique.

Moyens engagés : 45 sapeurs-pompiers des centres de Remiremont, Eloyes, Le Syndicat, Epinal, Golbey et Dogneville.

Lundi 12 novembre 2012 - 04h13 : feu d’habitation avec sauvetage... 1 victime décédée

Dans le fond de la vallée du Rabodeau, la cité de Senones est profondément endormie lorsque la rue principale est envahie par une fumée laissant présager un incendie. De nombreux appels arrivent au CTA supposant un violent sinistre dans un appartement situé en centre ville. Des informations complémentaires de témoins laissent à penser qu’une personne âgée serait toujours à l’intérieur.

14 minutes après le premier appel, un détachement se présente sur les lieux du sinistre qui se situe à quelques centaines de mètres de la caserne. La situation est très préoccupante, la toiture d’un bâtiment R+1+ comble vient de percer et menace de se propager aux immeubles mitoyens.
Une manœuvre offensive dans l’appartement, situé au 1er étage, est immédiatement engagée afin de tenter la réalisation du sauvetage de la victime qui ne donne aucun signe de présence. La violence du feu provoque un effondrement partiel du plafond à l’instant où le binôme commençait sa progression par une fenêtre, obligeant un rapide repli.
Après deux heures d’un âpre combat au sein d’un immeuble vétuste menaçant de s’effondrer, le sinistre est maîtrisé.
Les actions combinées des portes lance ont permis de maintenir le sinistre dans son périmètre initiale, évitant la propagation aux deux immeubles mitoyens.
La victime sera localisée, au cours des opérations de déblais, prisonnière sous les décombres.

Moyens engagés : 40 sapeurs-pompiers des Centres de Senones, Moyenmoutier, Raon l’Étape, Saint-Dié-des-Vosges, Anould, Moussey et Fraize

Mercredi 7 novembre 2012 - 11 h 06 : Accident de la circulation impliquant deux poids lourds suivi de feu

Lubine : A 11 h 06, le CTA engage les secours pour « Accident de la voie publique entre deux poids lourds », en direction du col d’Urbeis. Un semi-remorque transportant de l’eau est entré en collision frontale avec un camion de transport de matériaux de construction vide au moment de l’accident. Le choc a engendré un violent incendie au niveau des cabines des engins. Par chance, les deux conducteurs sont extraits de leurs véhicules par un SPV de passage et une équipe de gendarmes.

Le premier véhicule de secours arrive 13 minutes après le premier appel et précise immédiatement que les deux véhicules sont en feu. Rapidement, le dispositif monte en puissance et l’incendie est vite maîtrisé. Concomitamment à l’extinction des deux véhicules, les secours s’occupent des deux conducteurs blessés gravement lors de l’impact. Tous deux seront dirigés médicalisés vers le centre hospitalier de Saint Dié des Vosges.
A 16 h 10 les camions sont dégagés de la voie publique et la route est rendue à la circulation.

Moyens engagés : 27 sapeurs-pompiers des Centres de Provenchères sur Fave, Saint Dié des Vosges , Saales et Schirmeck (67)

Vendredi 19 octobre 2012 - 9 h 51 : Un sauvetage peu commun dans un puit de 10 mètres

Varmonzey  : A 9 h 51, le Centre de Traitement de l’Alerte reçoit un appel pour un veau tombé dans un puit d’une dizaine de mètres de profondeur.
Immédiatement, un engin du Centre de Secours de Charmes et le Chef de Groupe du secteur sont engagés pour « Sauvetage / Dégagement d’Animal ».
Arrivés sur les lieux à 10 h 09, le Chef de Groupe et son équipe sont confrontés à un veau tombé au fond d’un puit de 12 mètres de profondeur. Le veau est vivant et le puit, très étroit, présente une détection positive de monoxyde de carbone. Face à la difficulté technique que représente l’extraction du veau, le Commandant des Opérations de secours demande une équipe de spécialistes du GRIMP pour procéder au sauvetage dans de bonnes conditions. Un engin de levage a été requis auprès d’un agriculteur et un Vétérinaire demandé en renfort.
Les spécialistes procèdent à la sortie du veau grâce à l’engagement d’un équipier GRIMP sous ARI dans le puit qui va préparer le veau pour une remontée en toute sécurité et permettre son extraction à l’aide d’une technique de palan.
À 11 h 42, le veau est extrait du puits et le vétérinaire lui prodigue les premiers soins. L’animal, sain et sauf, est pris en charge par son propriétaire.

Moyens engagés : 9 sapeurs-pompiers du centre de Charmes et de l’équipe départementale du GRIMP.


Mardi 16 octobre 2012 - 15 : 51 : Accident de poids lourd sur la RD 31

La Houssière : Ce mardi après-midi, à 15 h 50, le CTA engage les secours pour un accident de la voie publique sur la RD 31 entre La Houssière et Taintrux.
A leur arrivée, les premiers intervenants sont confrontés à un ensemble routier transportant un container rempli de bois sur le bord de la chaussée sur le flanc. Une victime, âgée de 39 ans est incarcérée dans un état grave, le bras coincé sous la cabine de son tracteur.

Devant la gravité des blessures de cette dernière le Commandant des Opérations de Secours confirme immédiatement la nécessité de l’engagement d’un SMUR. Pendant que les opérations de médicalisation et de desincarcération commencent, le CTA/CODIS se concerte avec le médecin régulateur du SAMU pour anticiper l’évacuation par hélicoptère du blessé. Le SAMU engage alors l’hélicoptère Santé Lorraine.
A 16 h 47, la victime est extraite du véhicule et acheminée jusqu’au stade municipal de La Houssière, où elle est prise en charge par l’équipage médical de l’hélicoptère et évacuée vers l’hôpital Central de Nancy.

Moyens engagés : 9 sapeurs-pompiers des centres de secours de Corcieux et Anould.

Dimanche 7 octobre 2012 – 9h48 : Accident de chasse en milieu montagneux.

Grandvillers : C’est un accident de chasse rarissime qui s’est déroulé sur les hauteur de Grandvillers près de Bruyères en ce dimanche matin. Un père et son jeune fils, en train de « traquer » dans une parcelle relativement dense se sont trouvés nez à nez avec un cerf qui les a chargé.
Devant les difficultés de progression vers la victime, le premier détachement engagé demande l’appui d’un hélicoptère de la Sécurité Civile pour faciliter l’extraction. La base hélicoptère de Strasbourg-Entzheim confirme rapidement son engagement, tout en précisant que les conditions météorologiques du moment ne lui permettront peut-être pas d’accéder au massif. Arrivé au contact, le Chef d’Agrès du VSAV Bruyères confirme la gravité des blessures du chasseur et la nécessité d’un moyen aérien pour l’extraction de la victime se trouvant au sommet d’une forte pente dans une parcelle isolée et escarpée. L’enfant, plus légèrement blessé, peut être évacué à pied vers l’ambulance.
Face à l’incertitude de la possibilité de réalisation de la mission par l’hélicoptère DRAGON 67, le Chef de Salle du CTA-CODIS renforce le départ par les moyens terrestres de l’équipe Secours en Montagne.
20 minutes plus tard, l’équipage de l’hélicoptère informe le CODIS de son impossibilité de se rendre sur place pour cause de plafond trop bas.
La victime, médicalisée par le Médecin Sapeurs-Pompiers de Rambervillers sera évacuée dans une civière brancardée et assurée par une technique de corde dans la pente, jusqu’à un véhicule tout-terrain, environ 100m en contre-bas, qui la conduira par les pistes forestières dans la commune de Grandvillers ou l’attend l’ambulance.
A 12 h 15, l’ambulance roule vers le Centre Hospitalier.

Moyens engagés : 20 sapeurs-pompiers des centres de Gugnécourt, Bruyères, Rambervillers, Epinal, de l’équipage de l’hélicoptère de la Sécurité Civile de Strasbourg-Entzheim et de l’équipe Secours en Montagne en mixité avec le Peloton de Gendarmerie de Montagne de Xonrupt.

Vendredi 28 septembre 2012 – 10h29 : Intervention peu courante : un Lama dans les escaliers

Moyenmoutier : Les secours ont été engagés pour « sauvetage / dégagement d’animal » pour un lama tombé à 2 mètres de profondeur dans un sous-sol.
L’équipe dépêchée sur place a rencontré d’importantes difficultés, face à un animal inhabituel de nos services, fort sensible et nerveux. Cette sensibilité et cette nervosité, associée à sa taille imposante, à sa force et à sa faible coopération, a conduit l’équipe des Sapeurs-pompiers de Senones a demandé l’appui d’un vétérinaire et d’une équipe « Sauvetage Déblaiement » pour assurer l’extraction de l’animal par un escalier étroit en colimaçon.
Une fois le Lama anesthésié, il a pu être remonté à l’aide d’un dispositif de corde et de sangle, un peu avant 13h00.

Moyens engagés : 6 sapeurs-pompiers des centres de Senones et de St Dié des Vosges.

Jeudi 27 septembre 2012 – 13h27 : Accident de Transport de Matière Dangereuse

La Chapelle devant Bruyères : En évitant un véhicule arrivant en sens inverse, en cours de dépassement, le conducteur du poids lourd a mordu le bas côté et a fini sa course dans le fossé. Sa citerne était remplie de 24 000l d’azote liquide à destination de l’industrie agro-alimentaire.
Fort heureusement, le conducteur n’a pas été blessé.
Le train de départ initial, engagé pour « accident de la circulation 1 PL seul », était composé d’un Véhicule de Secours et d’Assistance aux Victimes (VSAV), d’un Véhicule de Secours Routier (VSR) et d’un Fourgon Pompe Tonne. Le dispositif était commandé par le Chef de Groupe « Fraize – Corcieux ».
Ces moyens ont été remplacés par « l’unité risque chimique », qui s’est assuré de la sécurité du périmètre, pendant les opérations de relevage. Il s’agissait, pour cette équipe, en relation avec le transporteur et l’ingénieur de la Société Air Liquide, de s’assurer de l’intégrité de la citerne, et de réaliser des mesures d’air ambiant, pour s’assurer qu’il n’y avait aucune fuite.
Une déviation a été mise en place par le service route du conseil Général pendant toutes les phases techniques de l’intervention.
L’opération s’est terminée un peu avant 19h. La citerne a été acheminée vers les installations du fournisseur.

Moyens engagés : 18 sapeurs-pompiers (en alternance) des centres de Corcieux, Granges sur Vologne, Bruyères et Saint Dié des Vosges.

Dimanche 23 septembre 2012 – 18h30 : Accident d’un avion de tourisme

Lusse : C’est au lieu dit Herbaupaire, qu’un monomoteur de tourisme type Cesna a tenté d’atterrir dans un champ suite à une avarie technique. Après avoir touché le sol, l’appareil a effectué un « cheval de bois » par l’avant, et s’est retrouvé totalement retourné sur le dos.
Les 5 occupants de l’appareil, légèrement blessés ont été pris en charge et transportés vers le Centre Hospitalier. Une lance à mousse à été établie pour assurer la protection incendie de l’intervention.
Le Centre de Recherche et de Sauvetage (RCC) de Drachenbronn a très rapidement engagé l’hélicoptère de la Sécurité Civile DRAGON 67 pour faciliter la localisation de l’avion.

Moyens engagés : 19 sapeurs-pompiers des centres de Sainte Marguerite, Saint Dié des Vosges, Fraize et Senones, ainsi que l’équipage de l’hélicoptère de la Sécurité Civile de Strasbourg.

Mardi 18 septembre 2012 – 11h14 : Fuite de Propylène dans une industrie.

Charmes : Une fuite a été détectée sur une cuve de 960 litres de propylène, placée dans la remorque d’un camion, au sein de la société Trane à Charmes. Il s’agit d’un gaz fortement inflammable.
Les 177 employés de la société, présents à cette heure ont tous été évacués.
Le dispositif sapeurs-pompiers, dépêché sur place, est composé d’un Fourgon Pompe Tonne et de l’unité de lutte contre les risques chimiques.
Un périmètre de sécurité est établi, et des mesures d’explosimètrie sont réalisées. Un rideau d’eau permet de limiter la diffusion du nuage de gaz.
A 14h56, la fuite est barrée, et tous risques d’explosion écartés.
 
crédits photos : Vosges Matin

Moyens engagés
 : 12 sapeurs-pompiers des centres de Charmes et Epinal.

Mercredi 12 septembre 2012 - 4h28 : Feu à l’ancien hôpital.

Neufchâteau : D’importants moyens de lutte contre l’incendie ont été dépêchés en ce tout début de matinée au cœur de la cité néocastrienne.
La toiture du bâtiment historique central de l’ancien hôpital de la ville est en proie aux flammes. Cette partie du bâtiment de 2 étages plus combles de 750 m2, qui a abrité l’école d’infirmière, après que l’hôpital ait déménagé vers ses nouveaux locaux route de Nancy, était depuis plusieurs années inoccupée. Il est mitoyen d’un côté avec l’ancienne chapelle de l’établissement, elle même attenante à une aile transformée en immeuble d’habitation, et de l’autre avec un bâtiment de 500m2.
Le feu intéresse la partie centrale de la toiture et menace de se propager rapidement par les combles. Une attaque massive du foyer principal, conjuguée à une protection établie sur 2 échelles aériennes, permettra de circonscrire le sinistre à 6h58 et de l’éteindre totalement à 7h30.
Au total, 200m2 de toiture seront détruites.

Moyens engagés : 38 sapeurs-pompiers des centres de Neufchâteau, Coussey, Liffol-le-Grand, Vittel-Contrexéville et Epinal.

Jeudi 6 septembre 2012 - 12 H 57 - Accident de circulation dans un torrent escarpé

Cornimont : Les moyens de secours routier et de désincarcération de la vallée de la Moselotte sont engagés juste un peu après midi pour un accident de circulation impliquant un véhicule seul en cause.
Arrivé rapidement sur place, le Véhicule de Secours et d’Assistance aux Victimes (VSAV) du Centre de Cornimont confirme la gravité de l’accident. Une personne est gravement blessée et incarcérée à bord de son véhicule tombé quelques mètres en contrebas dans le ruisseau de Xoulces. L’accès difficile au blessé, présageant des difficultés pour son extraction, conduit le Chef d’Agrès à demander en renfort les moyens spécialisés de Secours Routier en Ravin de l’équipe Secours en Montagne et Milieux Périlleux. Pendant ce temps, le médecin régulateur du SAMU centre 15 dépêche sur les lieux une équipe médicale du SMUR.
A 13h54, le Chef de Groupe qui commande l’opération passe un message : « …victime désincarcérée en cours de conditionnement pour remontée sur un dispositif de corde… ». A 14h06, la victime est à bord du VSAV, pour être dirigée vers un Centre Hospitalier.

Moyens engagés : 15 sapeurs-pompiers des centres de Cornimont, Saulxures sur Moselotte, Gérardmer, Remiremont et de l’équipe départementale Secours en Montagne.

 

Vendredi 3 aout 2012 - 16h20 : Accident de circulation fluviale.

Thaon les Vosges : En cette période touristique, nombreux sont les navires de plaisance qui empruntent le canal de l’Est. L’un d’entre eux s’est trouvé en fâcheuse situation au moment du passage de l’écluse N°20 à Thaon-les-Vosges.
En effet, lors de la descente de celle-ci, l’ancre du bateau s’est accrochée à la porte de l’écluse, le déstabilisant fortement. Plongé par l’avant dans les eaux du sas, celle-ci s’est engouffrée dans le navire. Très rapidement prévenu par les plaisanciers, un dispositif de Secours à Personne, intégrant une équipe de Sauveteur Aquatique, a été engagé. Il a été, de suite renforcé par des moyens de lutte contre la pollution, pour prévenir toute fuite d’hydrocarbure.
Heureusement, aucun blessé n’est à déplorer. Des barrages absorbants ont été posés pour récupérer les fluides s’échappant du moteur et des réservoirs.
Le lendemain, les Sapeurs-Pompiers ont assisté les services des Voies Navigables de France (VNF) pour renflouer le bateau et libérer l’écluse. Cette opération a pu se réaliser en vidant le bief aval, tout en s’assurant qu’aucune pollution ne se dispersait. Les cales du navire ont ensuite été pompées par les Sapeurs-Pompiers, et le navire a pu ensuite être remorqué jusqu’à l’air du Coignot, où il sera remis en état.
La navigation a naturellement été perturbée durant de nombreuses heures.

Moyens engagés : 26 sapeurs-pompiers des centres de Thaon les Vosges, Epinal et de l’équipe départementale Secours Aquatique.

Samedi 30 juin 2012 - 21 h 05 : Violents orages sur la perle des Vosges : Gerardmer à genoux...

Le samedi 30 juin est une belle journée d’été, annonciatrice d’un beau début de saison sur la perle des Vosges. De nombreuses manifestations égayes les bords du lac…
Dans l’après-midi un bulletin météo annonce des épisodes orageux sur le département pouvant être violents très localement. La prévision va hélas se révéler exact.
Aux alentours de 21h00 une imposante masse nuageuse noire, lacérée par d’impressionnants éclairs vient s’abattre sur la ville. Quelques kilomètres plus avant, cet orage a déjà occasionné d’importants dégâts sur le secteur de Remiremont.

Un véritable mur d’eau se déverse sur la commune accompagné par de violentes bourrasques de vents. Les éléments vont se déchainer durant plusieurs minutes qui vont paraître des heures pour les riverains. De nombreuses toitures ne vont pas résister à la puissance de la tornade qui s’est formée sur la ville.
Le CTA est submergé d’appels (plus de 500 appels en moins de 3 heures), 40 CIS sont mobilisés pour venir apporter assistance aux Géromois.

Au total, ce sont plus de 400 interventions qui seront réalisées en 3 jours par les 200 sapeurs-pompiers venus de tout le département.

Jeudi 21 juin 2012 - 12 h 23 : Feu de hangar agricole avec propagation

Saint-Maurice-sur-Mortagne : A 12 h 25, le VPI Clezentaine, le FPTSR Rambervillers ainsi que le chef de groupe du secteur sont engagés pour un feu d exploitation agricole par le CTA.
À l arrivée du Chef de Groupe, il s avère que le hangar est accolé à une habitation de type R+2 qui elle même est également accolée à une autre habitation. Le hangar est totalement embrasé et une propagation se déclare en toiture de l’habitation.
Le Chef de Groupe demande en renfort une EPSA et un deuxième fourgon.
Dans l’attente des renforts, deux lances sont établiesde plein pied et attaquent le foyer par l’intérieur pour éviter la propagation à la deuxième habitation.

Le feu sera circonscrit à 14h et éteint à 15h. Une relève sera effectuée à 15h30 pour l’extinction des fumerolles et pour assurer une surveillance.

Moyens engagés : 18 sapeurs-pompiers des centres de Clézentaine-Saint-Maurice-sur-Mortagne, Rambervillers, Sainte-Hélène et Gerbéviller (54).

Dimanche 06 mai 2012 : 16 h 22 - Drame sur les routes vosgiennes.

Begnécourt : le dimanche 06 mai 2012 à 16 h 22, le Centre de Traitement de l’Alerte engage le train de départ pour un accident grave de la circulation, route de Bainville sur la commune de Begnécourt. L’équipe de secours se compose de 2 ambulances, 2 véhicules de secours routier et un chef de groupe.
 
Dès l’engagement, la gravité de la situation est avérée. Le SAMU des Vosges engage 2 véhicules des SMUR de Vittel et Epinal et les sapeurs-pompiers demandent rapidement une troisième ambulance ainsi que le chef de Colonne. L’hélicoptère SAMU Santé Lorraine est dépêché sur place en vue d’un héliportage vers les hôpitaux de Nancy. Les premiers messages font état de 3 impliqués dont 2 personnes en arrêt cardio respiratoire et une personne blessée grave inconsciente.La première victime dont le coeur ne bat plus est rapidement déclarée décédée et la seconde est dégagée de son habitacle par les sapeurs-pompiers puis ranimée. Elle décèdera peu de temps après dans l’ambulance.

Quant à la troisième victime, plus d’une demi-heure de desincarcération sera nécessaire pour la dégager et elle sera transportée dans un état grave vers les hôpitaux de Nancy

Moyens engagés : 21 sapeurs-pompiers des Centres de Ville-sur-Illon, Dompaires, Mirecourt et Golbey

Lundi 16 avril 2012 - 09 h 09 :Violent feu d’appartement...

Neufchâteau : En plein cœur de la cité néocastrienne, un violent incendie se déclare dans l’appartement au deuxième étage d’une cité HLM qui en compte 4. Les flammes se propagent rapidement à l’ensemble de l’habitation. En cette période de vacances scolaires, la plupart des appartements sont occupés.

A 09h09, le CTA enregistre une première demande de secours suivi de nombreux appels qui laissent présager un sinistre important : 2 fourgons, 1 échelle et 1 VSAV sont immédiatement engagés.
À leur arrivée sur les lieux les premiers intervenants sont confrontés à un violent feu d’appartement et deux victimes sorties elles même de l’immeuble montrent des signes d’intoxication. Les évacuations sont en cours par les moyens existants. Les flammes ont défoncé les vitres et commencent à attaquer les volets en plastique de l’appartement du 3ème étage.
Tout en assurant la mise en sécurité de plus de trente personnes, deux LDV 500 sont mises en œuvre. L’attaque par l’intérieur est violente et la lutte contre l’incendie est âpre. Les portes-lances prennent rapidement le dessus et maîtrisent le sinistre avant que celui-ci ne se propage à l’appartement supérieur. La mise en action du dispositif de désenfumage de la cage d’escalier a permis de faciliter les reconnaissances complémentaires.

Seuls deux blessés légers sont transportés dans un centre hospitalier. Les trente sinistrés ont été rassemblés et ont pu regagner leur logement après l’intervention des secours. L’appartement concerné par le sinistre a été entièrement détruit.

Moyens engagés : 25 sapeurs-pompiers des centres de Neufchâteau, Liffol-le-Grand et Chatenois/Gironcourt

samedi 1er avril 2012 - 14 h 27 : Feu de forêts en milieu montagneux…

Rupt-sur-Moselle : Cette année le mois de février a été glacial, exposant la végétation à des gelées sibériennes. Le mois de mars a connu un ensoleillement remarquable et une très faible pluviométrie ayant pour conséquence de rendre les sous bois et prairies particulièrement secs.
Depuis plusieurs jours, le département connaît une activité soutenue en feux de friches et de sous-bois. Le CODIS porte un regard attentif à ces départs de feux.
Ce 1er avril, à 14 h 27, un témoin signale au CTA un feu de broussailles sur une superficie de 100 m2. Un FPTL et un CCF sont engagés sur ce départ de feu. Arrivés sur les lieux, les sapeurs-pompiers constatent que le sinistre est peu virulent mais commence à s’engager dans un sous-bois au pied d’un terrain escarpé, attisé par une légère brise montante. Les premières actions d’extinctions permettent de stabiliser le sinistre sur un flanc. La configuration des lieux empêche toute approche directe du front.
1h30 après les premières actions d’extinction, le vent se renforce et pousse le front du sinistre dans la montagne. Rapidement le feu se développe trouvant un aliment de choix dans des résineux particulièrement secs et parsemés sur le massif. Quelques arbres s’embrasent sur toute leur hauteur exposant dangereusement les équipes d’intervention.
Très rapidement le dispositif de secours se renforce (4 GIFF) et se réorganise avec l’appui de Dragon 67 qui permettra de réaliser une reconnaissance aérienne.
Au final ce sont 12 CCF qui seront projetés sur cette intervention aux accès particulièrement difficiles en milieu montagneux. Le bilan s’établira à la destruction de 20 hectares de sous-bois et quelques résineux implantés dans un massif d’une centaine d’hectares.

Moyens engagés : 65 sapeurs-pompiers de 26 centres d’intervention et de secours des Vosges et du Haut-Rhin

Get the Flash Player to see this player.



mercredi 28 mars - 05 h 58 : Feu de poids-lourds sur A31…naissance dans le VSAV…

Auzainvilliers : A 05 h 15 les secours sont engagés par le CTA pour un violent feu de poids lourds sur l’A31. Arrivée sur les lieux, l’ équipe du FPTSR de Châtenois est en présence d’ un semi remorque transportant du fret aérien totalement embrasé . La violence du sinistre est telle que la circulation est complètement interrompue sur les deux voies de circulation. Un bouchon de plusieurs kilomètres se forme rapidement.

Dans le même instant, un homme s’engage sur l’autoroute afin de conduire sa femme à l’hôpital de Neufchâteau pour que celle-ci accouche. Bloquée dans le bouchon, la future maman ressent les premières contractions. Dans l’impossibilité de se dégager de l’embouteillage, le futur papa appelle le Centre 15 qui demande l’engagement d’un VSAV. Parallèlement le CODIS informe le Commandant des Opérations de Secours engagé sur le feu de poids lourds de cette demande de secours. Une équipe est immédiatement désengagée de l’extinction avec un sac de l’avant et remonte la file des véhicules afin de porter assistance à la parturiente.
Arrivé sur les lieux, l’équipage du VSAV prend en charge la maman qui commence à ressentir des contractions. Médicalisé par le SMUR, le convoi se dirige sur la maternité. En cours de route, le médecin fait stopper le VSAV et procède à l’accouchement. Quelques minutes plus tard un magnifique petit garçon est déposé dans les bras de la maman…

Dimanche 25 mars 2012 - 14 h 58 : atterrissage forcé en centre ville d’un avion de tourisme

Sainte-Marguerite : Ce beau dimanche printanier était l’occasion pour un passionné d’aviation de sortir son magnifique biplan de collection pour un vol au dessus du massif vosgien.
En plein vol, pour une cause que l’enquête déterminera, le pilote est confronté à une panne moteur juste au dessus d’une zone urbanisée. Le pilote expérimenté, a réussi à maîtriser son appareil en vol plané et diriger celui-ci sur une large route départementale qui traverse le village de Sainte-Marguerite.
Par miracle, l’aéronef s’est posé en évitant de justesse un arbre et la circulation dense à cet instant de la journée. A l’atterrissage qui a été violent, une aile a percutée un poteau électrique qui a déséquilibré le biplan. Après plusieurs mètres de glissades, l’aéronef s’est immobilisé sur la route.

Le CTA enregistre à 14h58 plusieurs appels faisant mention de l’atterrissage forcé d’un d’avion de tourisme au centre d’un lotissement. A leur arrivée sur les lieux les secours relèvent deux blessés légers, le pilote ainsi que sa passagère.

Moyens engagés : 25 sapeurs-pompiers des centres de Saint Dié des Vosges, Sainte Marguerite et Raon l’Etape,

vendredi 16 mars 2012 - 23h23 : feu de sèche linge dans un établissement hospitalier de 2e catégorie

La polyclinique « La ligne Bleue » est un établissement hospitalier privé comprenant 300 lits. De construction récente il intègre des services de chirurgie, cardiologie, imagerie médicale, réanimation, obstétrique,…

Le CTA enregistre un appel du service de sécurité qui mentionne un début d’incendie dans un local technique de la laverie de l’établissement qui se situe en rez de jardin juste en dessous du service de réanimation. Compte tenu de la nature de l’établissement et de l’heure tardive 3 FPT, 1 EPAS, 5 VSAV sont engagés accompagnés d’un VPC Colonne. L’emplacement du SAMU au sein de la plateforme d’appels d’urgence, permet au chef de salle de prévenir rapidement le médecin régulateur de l’intervention.
A son arrivée sur les lieux le premier détachement de secours est confronté à un important dégagement de fumée provenant des locaux de la buanderie. Les différents dispositifs de sécurité (fermetures des portes coupe-feu, désenfumages,) ont normalement fonctionné.Le service de réanimation qui comprend 11 patients est envahi de fumée. Le personnel de l’établissement a engagé l’évacuation horizontale des malades dans le secteur sécurisé mitoyen.
Parallèlement aux reconnaissances engagées dans la buanderie, des équipes apportent leur aide aux personnels de l’établissement afin de mettre en sécurité les malades.
Le feu qui concernait un sèche-linge est rapidement maîtrisé, et le local ventilé. Aucune victime n’est à déplorer et les patients ont pu regagner leur chambre 1h30 après l’alerte.

Moyens engagés : 50 sapeurs-pompiers : Centres de Golbey, Epinal, Thaon-les-Vosges, Rambervillers et Remiremont.

Jeudi 23 février 2012 - 09h17 : Accident TMD avec fuite de BUTANOL sur wagon citerne

Soulosse-sous-Saint-Elophe : A 9h17, le CTA engage les secours pour « Fuite de BUTANOL sur un wagon citerne », au lieu dit BRANCOURT sur la commune de Soulosse sous Saint Elophe. Il s’agit d’un convoi de 16 wagons et une motrice circulant dans le sens Chalindray / Toul, les wagons transportent tous le même produit, à savoir du BUTANOL ( code danger 30 – code matière 1120 ). La fuite se situe sur le 9ème wagon au niveau d’une vanne de vidange.

Les premiers véhicules au départ, les FPTL de Coussey et FPT de Neufchâteau effectuent un périmètre de sécurité, le premier message du Chef de Groupe du secteur de Neufchâteau confirme la fuite en partie basse du wagon et parallèlement, envoi un binôme sous ARI en reconnaissance au niveau de la fuite.
Rapidement, la fuite est stoppée en refermant la vanne de vidange.
La circulation ferroviaire a été coupée pendant 2h30.
Après avoir ligaturé la vanne endommagée afin qu’elle ne se ré-ouvre pas, le convoi a repris son chemin en direction de Toul.

Moyens engagés : 13 sapeurs-pompiers des Centres de Coussey, Neufchâteau, Vittel/Contrex.

Vendredi 17 février 2012 - 18h23 : Intoxication collective au monoxyde de carbone.

Epinal  : En cette fin de journée, le SAMU sollicite l’engagement des moyens sapeurs-pompiers pour un malaise à domicile. Le Chef d’Agrès de l’ambulance dépêchée sur place est confronté à plusieurs personnes, dont des enfants et des nourrissons présentant des signes de malaises graves. Son détecteur de monoxyde de carbone s’est déclenché et mesure plus de 170 ppm de CO en air ambiant.
Il demande immédiatement des moyens en renfort. Le SAMU engage, quant à lui son unité médicalisée du SMUR.
Un total de 11 personnes, dont 5 adultes et 6 enfants et nourrissons seront évacués vers le Centre Hospitalier d’Epinal.
L’origine probable de cette intoxication collective est un réchaud à combustion de charbon utilisé toute une journée à l’intérieur de l’habitation.
Il est est important de rappeler, en cette période à risque, toute la dangerosité de ce gaz mortel, ainsi que les précautions à prendre pour s’en prémunir.

Cliquez sur l’image pour accéder à la fiche de prévention complète.

Moyens engagés : 18 sapeurs-pompiers des centres d’Epinal et de Golbey

Mardi 17 janvier 2012 - 8 h 52 : Secours Routier en Ravin

Xertigny : Le 17 janvier 2012, le froid qui s’est installé sur le département a rendu les routes extrêmement glissantes. A 08 h 50, le CTA reçoit un appel signalant un accident de la circulation à la sortie de la commune de Xertigny en direction de Bellefontaine. Le véhicule se trouve dans un ravin, 30 mêtres en contrebas de la route et une victime est prisonnière de l’habitacle de son véhicule.

La première équipe d’intervention se présente sur les lieux 8 minutes après le déclenchement et réalise l’abordage de la victime. Lors de sa sortie de route, le véhicule a pulvérisé un poteau électrique faisant chuter les câbles sous tension à hauteur d’homme. Devant les difficultés techniques liées à la configuration du terrain le Chef de Groupe demande une équipe secours routier en ravin en renfort composée de membres de l’équipe départementale GRIMP et d’un spécialiste Secours Routier en Ravin.
 
Arrivée sur les lieux, l’équipe Secours Routier en Ravin a pour missions de :
  • Sécuriser le cheminement des secouristes
  • Caler le véhicule instable
  • Participer à la cueillette de la victime,
  • Remonter la victime en haut du ravin
  • Participer à la remontée du matériel
01 h 30 après le début de l’intervention, la victime est remontée par les secouristes à l’aide du dispositif mis en place par l’équipe spécialisée et dirigée vers le centre hospitalier le plus proche.

Moyens engagés : 11 sapeurs-pompiers des centres de Xertigny, Uriménil, de l’équipe départementale GRIMP 88 et un équipier secours routier en ravin.


Dimanche 15 janvier 2012 - 11:56 : Secours en milieu montagneux enneigé

La Bresse : C’est sur le secteur de La Bresse, fortement fréquenté en cette période de l’année qu’un accident a eu lieu à la roche du lac des Corbeaux. A 11h56, le Centre de Traitement de l’Alerte (CTA) est informé qu’un randonneur alsacien qui évoluait en raquette sur un sentier enneigé avec sa famille a été pris d’un malaise et a fait une chute d’une trentaine de mètre dans un ravin.

Immédiatement, les moyens humains et matériels de l’équipe Secours en Montagne, ainsi qu’une ambulance, le SMUR de Remiremont et le Peloton de Gendarmerie de Montagne sont dépêchés sur place. L’hélicoptère dragon 67 médicalisé par un Médecin également spécialisé dans les interventions en milieu périlleux est également engagé sur les lieux de l’intervention.
Arrivée sur place, le Commandant des Opérations de Secours, constitue deux équipes afin d’effectuer une reconnaissance pour retrouver la victime. Cette dernière est retrouvée 20 minutes après l’engagement des recherches et déclarée décédée par le médecin de l’hélicoptère qui l’a hélitreuillée jusqu’au stade de La Bresse afin qu’elle soit prise en charge.

Moyens engagés : 18 sapeurs-pompiers des centres de La Bresse, Cornimont, Gérardmer, Raon l’Etape et Granges-sur-Vologne et de l’équipe départementale Secours en Montagne.

Mercredi 28 décembre 2011 : Secours en milieu montagneux enneigé

A 14h08, le mercredi 28 décembre 2011, une femme de 47 ans a chuté de 90 mètres lors d’une promenade en raquettes. Son mari, témoin de la scène d’accident, alerte le CODIS.

La première phase du secours débute par une localisation de la victime par les équipes EPIM et PGM 88 et 68. L’intervention se déroule sur le versant N-N-O (Nord-Nord-Ouest) du sommet du "Petit Hohneck" entre les lieux-dits "Schaeferthal" et "Schallern".

Une fois sur place, après un cheminement de 10 minutes en QUAD et 15 minutes en raquette, la nature de l’intervention est rapidement confirmée. La chute a entraîné la victime dans une forte pente à plus de 45° dans une zone fortement enneigée et glacée.

La longueur totale du cheminement jusqu’au sommet est de plus de 200 mètres. Les 150 premiers mètres en pente à plus de 100% puis 50 mètres en pente à 50%. L’extraction de la victime a nécessité la mise en place de 4 techniques de cordes successives (technique du balancier-contre poids).

Rapidement au sommet, la victime a été prise en charge par l’équipage Dragon 67 et évacuée au centre hospitalier Pasteur à Colmar.

Moyens engagés : VSAV 4*4, VLTT, RQUAD, QUAD et LOT SMO Gerardmer, 1 Unité Secours en Montagne 88 composée d’1 IMP3 Neige + 7 EPIM Neige + 1 médecin SP, 1 Chef de Groupe, 1 Chef de Colonne, VLTT Soutzeren avec 2 EPIM du 68, PGM Xonrupt/Longemer (6 gendarmes), PGM Munster (2 gendarmes), Dragon 67 et 1 médecin.




00h29 lundi 19 décembre 2011 : feu d’hôtel restaurant en centre ville…



A quelques jours des fêtes de noël, la commune de Golbey est parée de ses traditionnelles illuminations qui scintillent dans la rue principale saupoudrée par quelques flocons de neiges.
Au cœur de la nuit des lueurs inhabituelles, accompagnées de crépitements sourds viennent réveiller des résidants du centre ville. Le restaurant « La bonne auberge », situé face à l’église, est la proie des flammes.

A 00 h 29, le CTA enregistre de nombreux appels qui laissent présager un important sinistre. 9 minutes après l’appel le premier fourgon se présente sur les lieux. Malgré cette rapidité, l’équipe du premiers secours se trouve exposé à un embrasement généralisé de l’ensemble du rez-de-chaussée de l’établissement. Les illuminations de noël sont en courts-circuits et provoquent d’impressionnants arcs électriques qui gènes les secours. L’hôtel étant inoccupé, les accès sont tous verrouillés et les premières attaques se réalisent au travers des baies vitrées qui ont déjà cédées sous l’effet de la chaleur.
Le dispositif de secours, coordonné par un PC Colonne, se met en place en dépit d’importantes chutes de neiges et d’une température hivernale. Le feu, violent, est difficile à suivre dans une architecture imbriquée, composée de chambres et diverses pièces issues de réhabilitations successives.
L’action conjuguée de 4 LDV 500 appuyée par une lance grande puissance sur le BEA, permettent de circonscrire le sinistre au 400 m2 de l’établissement qui s’élève sur 2 niveaux. Le feu est considéré comme éteint à 11h45, après 11 heures de lutte dans le froid.
Aucune victime n’est à déplorer.
 
Moyens engagés  : 48 sapeurs-pompiers des Centres de Golbey, Epinal, , Thaons-les-Vosges, Dogneville et Girancourt.

photos : CCH Hervé VILLIERE

Vendredi 16 décembre 2011 - Des vents de 184 km/h dans les Vosges

Le département se réveille avec l’arrivée d’un fort coup de vent annoncé par les services de Météo France depuis la veille. Cette prévision a permis au service d’incendie et de secours d’anticiper la préparation de la gestion de cet événement.
La tempête « Joachim » est une tempête d’hiver considérée comme commune par les services météo. Les premiers coups de boutoir de cette violente tempête se sont fait ressentir aux environs de 3 heures du matin. À midi l’événement climatique est à son paroxysme : on relève des rafales de plus de 100 Km/h sur Epinal et 184 Km/h sur les crêtes du massif.

Le CTA enregistre les premières demandes de secours à 03h00. Très rapidement les appels sur le 18 se succèdent. À 07h00, le chef de salle active la procédure de débordement de la plateforme qui consiste à rappeler du personnel afin de renforcer le dispositif de traitement des appels.
Suite à l’établissement d’une récente convention de partenariat avec les services de ErDF, un cadre de cet établissement est venu se positionner au CODIS. Ce dernier est en contact avec son collègue situé au COD de la préfecture.

Durant plus de 12 heures, se sont 20 personnes qui vont répondre sans interruption aux 1800 demandes de secours. Au plus fort de l’activité, 300 appels à l’heure soit 5 appels toutes les minutes sont traités, enregistrés et transmis aux unités opérationnelles.
À 20 heures plus de 1100 interventions ont été réalisées, soit plus de 65 interventions par heure.

Le bilan humain de cette tempête s‘établit à trois blessés légers. Les équipes de sauvetage aquatique ont eu à réaliser quatre opérations de sauvetage auprès d’automobilistes imprudents, prisonnier dans leur véhicule au milieu de routes inondées.

Sur le plan matériel, quelques lignes ERDF ont été endommagées par la force du vent privant d’électricité environ 5000 personnes au plus fort de la tempête et 3 000 personnes en fin de journée.
La parfaite coordination avec les électriciens a permis au SDIS de rationnaliser les demandes d’intervention et d’anticiper l’installation de petits générateurs sur des secteurs sensibles.

Moyens engagés : 500 sapeurs-pompiers de l’ensemble des centres du département.

Mercredi 16 novembre2011 – 19 h 43 : Feu d’appartement avec sauvetage.

Epinal : En cette fin de journée, le CTA engage les secours pour « Feu d’appartement dans un bâtiment collectif avec sauvetage ». Parmi les nombreux appels qui suivent l’initial, l’un d’entre eux, signale la présence d’une victime dans l’appartement en feu qui se manifeste aux fenêtres. Immédiatement, les opérateurs CTA renforcent le train de départ et informent les moyens en transit de sa présence.

Arrivés sur les lieux, les premiers moyens engagent simultanément les opérations de sauvetage de la victime qui menace de se défenestrer, ainsi que l’attaque du sinistre. L’immeuble de 5 étages est constitué de nombreux appartements et à cette heure avancée de la journée, les personnes sont chez elles ce qui laisse présager de nombreux sauvetages et mises en sécurité.

À 20h16, le Chef de Colonne qui commande l’opération passe dans son message : « feu éteint ». Au total, 30 évacuations dont 13 sauvetages et mises en sécurité ont été réalisés dont 7 au moyen de l’échelle aérienne. Les victimes ont été rassemblées dans un gymnase proche des lieux du sinistre pour une prise en charge médicale.

Le bilan fait état de 13 victimes intoxiquées dont 7 seront transportées dans un établissement hospitalier par les moyens sapeurs-pompiers et privés. La rapidité d’intervention et la réactivité des équipes de secours a permis d’éviter un drame.

Moyens engagés : 60 sapeurs-pompiers des Centres de Epinal, Golbey, Thaon-les-Vosges, Cheniménil-Docelles et Dogneville.

novembre 2011 : succession de secours en milieu montagneux

Plombières-les-Bains : A 11 h 32, le CTA reçoit un appel pour une chute dans les bois route du Dandirand sur la commune du Val d’Ajol. Le CTA engage les moyens de secours à personne du secteur. Les indications du témoin de l’accident permettent un contact rapide entre les sapeurs-pompiers locaux et la victime 12 minutes après le déclenchement de l’intervention. Le terrain accidenté et les blessures de la victime ne permettent pas une prise en charge facile et les premiers intervenants demandent le concours des équipes spécialisées.

La victime qui a pris une roche de plus de 200 kg sur la jambe suite à des travaux de débardage est conditionnée dans un matelas coquille par les sapeurs-pompiers locaux et la remontée de cette dernière 200 m en contrebas de la route est effectuée en toute sécurité par l’équipe départementale de Secours en Montagne.

Moyens engagés : 18 sapeur-pompiers des centres de Plombières-les-Bains, Remiremont, Le Val d’Ajol, Eloyes, Cornimont, Saulxures sur Moselotte et Epinal de l’équipe départementale sapeur-pompier de Secours en Montagne des Vosges et du GRIMP.
 
Ban-de-Sapt : A 11h00, le CTA reçoit une demande de secours pour un accident de quad en haut du col de la culotte sur le chemin du Spizemberg. Les témoins précisent que la victime a pris le quad sur le dos et qu’elle ne sent plus ses jambes.

Immédiatement, le CTA engage le train de départ pour un secours en milieu montagneux, le Peloton de Gendarmerie de Montagne (PGM) de Xonrupt-Longemer ainsi que des moyens médicalisés. Devant la gravité des blessures de la victime, d’infinies précautions sont mises en œuvre pour sa prise en charge. A 12h09, cette dernière est conditionnée dans le VSAV médicalisé et transportée sur un centre hospitalier

Moyens engagés : 10 sapeurs-pompiers des centres de St-Dié-des-Vosges, Raon l’Etape, Anould et Saulcy-sur-Meurthe ainsi qu’une équipe du PGM de Xonrupt-Longemer et des moyens médicalisés.

Samedi 29 octobre 2011 - 18h18 : Feu d’établissement industriel

Charmes : Il est 18h18 lorsque le CTA engage le train de départ prévu pour feu d’établissement industriel aux anciennes filatures route de Nancy.

A leur arrivée sur les lieux, le premier détachement confirme l’importance du sinistre. Il s’agit d’un bâtiment industriel ancien de configuration classique dans le département : simple rez de chaussée avec toiture en dents de scie de type shed. Le bâtiment mesure près de 5000 m2 et s’appuie contre un autre bâtiment de plus de 15 m de hauteur, contenant notamment d’anciens transformateurs électriques. Une imposante cheminée en brique est toute proche, ainsi que des cuves de fuel. Le bâtiment sinistré s’intègre dans un complexe d’environ 2 ha, avec plusieurs bâtiments tout proche.
Le dispositif, placé sous l’autorité du Chef de Site, le plus haut niveau de commandement dans le département, monte rapidement en puissance pour arriver jusqu’à 4 engins pompe mettant en œuvre la majorité de leurs moyens hydrauliques (équivalent de 11 grosses lances établies) et 3 moyens aériens, dont un Bras Elévateur Articulé (BEA). Le dispositif est alimenté en eau par le Canal de l’Est qui passe à proximité. Le feu est stoppé à la mitoyenneté et sur un mur de refend à l’intérieur du bâtiment sinistré.
Il faudra attendre 3h du matin, pour que le Commandant des Opérations de Secours passe le message « Maitre du Feu ». Au plus fort de l’attaque, l’effectif est de 58 sapeurs-pompiers.
Les équipes se relayeront jusqu’au lendemain midi pour éteindre totalement le sinistre.

Moyens engagés : plus de 150 sapeurs-pompiers des Centres de Charmes, Chanovax, Frizon, Golbey, Epinal, Bayon (54), Dogneville, Aydoilles, Thaon les Vosges, Harroué (54), Mirecourt, Réhaincourt, Eloyes, Cheniménil/Docelles, Ville sur Illon, Dompaire, Rambervillers, Bruyères et de la Direction Départementale auront participé à cette opération d’envergure.